Diriger nos pensées



   Nous ne réalisons pas toujours que nous pouvons diriger nos pensées à volonté. Chacun de nous est capable de puiser au plus profond de soi et ainsi de guider ses propres pensées. Reconnaissons donc d'abord, et acceptons à quel point nous en sommes réellement responsables.

   Des pensées profondes créent des sentiments profonds ; cela veut dire que mon opinion personnelle d'un événement ou de telle ou telle circonstance produit en moi une certaine force de sentiment.

   Ceci n'est pas en réalité si facile à comprendre et doit être expliqué en détail ; la relation entre le sentiment et l'action n'étant pas toujours claire, elle nous apparaît souvent de façon très confuse.

   Imaginons que nous soyons de bonne humeur et que quelqu'un d'irritable et d'agressif nous aborde. Nous disons alors : « Il m'a rendu nerveux ».

   Toutefois nous devons considérer la chose d'une autre manière : mon expectative de l'autre, mes attentes de le voir aimable, en harmonie, équilibré, qu'en un mot il m'apporte du « bien-être » n'ont pas été comblées. À cause de cette déception, je suis tendu. En d'autres termes, si je n'avais rien attendu de lui (lui qui de son point de vue s'est comporté de façon normale), alors je n'aurais eu aucune raison d'être tendu.

   La seule chose à faire est pour moi d'attendre patiemment, d'écouter, et de m'efforcer de comprendre ce qu'il désire. C'est alors seulement qu'il aura le sentiment d'avoir été compris. Son agressivité va s'atténuer, il pourra parler calmement de ses problèmes, ce qui me permettra à mon tour de lui faire connaître tranquillement mon opinion. Il se trouvera alors dans un état d'esprit positif pour m'écouter. Je me trouve ainsi moi-même protégé de mon propre emportement.

   Où se situe la différence entre ces deux exemples ? J'ai changé mon attitude envers l'autre. Il est évident que mes pensées les plus intimes sont responsables de ce genre de sentiment.

   Le grand problème est qu'un flot de pensées ne cessent d'envahir notre esprit. Il y a toutes sortes de raisons à cela. Le moindre bruit capte nos pensées. Même si nous sommes occupés, quelque chose se présente à notre vue et nous sommes immédiatement distraits. C'est le second facteur. Le troisième facteur réside en la nature de notre personnalité et le quatrième est le monde ambiant, ses problèmes et ses contingences. Bien plus important que tout le reste est de savoir que nous pouvons très simplement diriger nos pensées, et que, quel que soit l'événement qui nous touche, nous pouvons en être indépendants.

   Nous tentons souvent d'éviter certaines situations, n'hésitant pas par exemple à sortir du bureau, plutôt irrités, pour aller chercher une détente dans la forêt avoisinante. Pourquoi désirer la nature ? Nous pensons que cet environnement a une influence positive sur nos pensées, et, en tant que tel, va nous calmer.

   Tandis que nous nous promenons, nous nous sentons totalement détachés de l'événement qui vient de se produire parce que nous croyons que nos pensées sont déterminées par une influence extérieure. Ce n'est pas le cas, car nous pouvons activement diriger nos pensées.

   Lorsque nous sommes dans un bureau bruyant, il nous est malgré tout possible d'être tout à fait calmes et détendus. Pour atteindre ce résultat, nous devons savoir clairement qui nous sommes, comment nous fonctionnons et comment agissent nos pensées.

   Avant tout, nous devons reconnaître le pouvoir que nous avons de diriger celles-ci, et à travers elles, nos sentiments et nos expériences, et ainsi prendre conscience de la vérité, afin que nos pensées ne puissent plus s'évader et nous avec. De cette façon, nous ne laissons pas les pensées négatives entamer nos forces et notre énergie, nous pouvons rester stables même dans un climat de stress.


Heidi Fittkau-Garthe


 
Page 1     Une pensée juste   7 différents auteurs

Page 2     Omraam Mikhaël Aïvanhov   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 3     
La guérison personnelle   H. Spencer Lewis

Page 4     
Le pouvoir de la pensée   7 différents auteurs

Page 5     
Marcelle Auclair   Marcelle Auclair

Page 6     
Eileen Caddy   Eileen Caddy

Page 7     
Confusius   Confusius

Page 8     
Une bonne pensée   anonymes

Page 9     
L'homme peut penser   Bernard Cantin et Bernard-Paul Lacroix

Page 10   
Diriger nos pensées   Heidi Fittkau-Garthe

Page 11   
Tu sépareras le subtil de l'épais   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 12   
La sagesse consiste à éviter toute pensée affaiblissante   Dr Wayne W. Dyer

 

 


 

 
 10 

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement