L'homme est le reflet de ses pensées



   L'aphorisme « Un homme est le reflet de ses pensées » ne s'applique pas uniquement à l'être humain ; son sens très large lui fait embrasser toutes les conditions et circonstances de notre vie ; un homme est, littéralement, le reflet de ce qu'il pense, son caractère étant la somme complète de toutes ses pensées.

   Tout comme une plante sort de la graine, sans laquelle elle ne pourrait exister, nos actions prennent naissance dans les graines secrètes de la pensée, et ne peuvent se concrétiser sans elle. Ceci s'applique autant aux actions dites « spontanées » et « non préméditées » qu'à celles exécutées de façon délibérée.

   L'action est la fleur de la pensée, la joie et la souffrance en étant les fruits ; ainsi l'homme récolte-t-il les fruits doux et amers de ce qu'il a semé.

 
   « Nous sommes ce que sont nos pensées. Ce que nous devenons, nous l'avons forgé et construit. Lorsque l'esprit de l'homme engendre des pensées mauvaises, la souffrance suit, comme la nuit suit le jour... La joie accompagne celui qui persiste dans la pureté de ses pensées. »
 
   L'homme croît sans cesse, c'est la loi ; il ne se crée pas artificiellement et le principe de cause à effet est tout aussi absolu et constant dans le royaume caché des idées que dans le monde matériel et visible. Une nature noble et à l'image de Dieu n'est pas un hasard ni une chance ; elle est le résultat naturel d'un effort continuel de pensée positive, l'effet d'une association longtemps désirée avec des pensées pures. Une nature ignoble et bestiale, d'après le même principe, se retrouve chez ceux qui nourrissent sans arrêt des pensées basses.

   L'homme se fait et se défait lui-même ; dans l'arsenal de son esprit, il forge les armes qui le détruiront, mais il façonne également les outils avec lesquels il construira les abris célestes de joie, de force et de paix. Par un juste choix et une mise en oeuvre conforme de ses pensées, l'homme atteint la perfection divine ; par l'abus et une mauvaise application de ses pensées, il se rabaisse au niveau de la bête et plus bas encore. Entre ces deux extrêmes se trouvent différents caractères, dont l'homme est le seul maître et le seul responsable.

   Parmi toutes les vérités liées à l'âme récemment établies et mises en lumière, la plus réconfortante et la plus féconde en confiance et promesse divines est la suivante : l'homme est le maître de ses pensées, lui seul pétrit son caractère, il fabrique et façonne sa vie, son environnement et sa destinée.

   Être de puissance, d'intelligence et d'amour, seigneur de ses pensées, l'homme détient la clé de toutes les situations et renferme en lui-même ce pouvoir transformateur et régénérateur lui permettant d'accomplir ce que lui dicte sa volonté.

   L'homme est toujours le maître, même dans les moments de faiblesse et solitude ; mais dans ces moments de faiblesse et d'abandon, il est le maître incompétent qui ne sait plus comment diriger son « domaine ». Lorsqu'il se met à réfléchir à sa condition et lorsqu'il recherche conciencieusement la Loi selon laquelle tout être humain doit vivre, il devient alors le maître sage, dirigeant son énergie avec intelligence, façonnant ses pensées en vue de conclusions positives. Tel est le maître conscient et l'homme ne peut le devenir qu'en découvrant à l'intérieur de lui-même les lois de la pensée ; cette découverte ne dépend que de l'application, l'introspection et l'expérience.

   Ce n'est que par la recherche et la prospection que l'on découvre or et diamants et l'homme ne peut trouver les vérités liées à l'être humain qu'en creusant la mine de son âme ; il pétrit son caractère, façonne sa vie et construit sa destinée. Il peut, à condition de ne jamais dévier de la ligne qu'il s'est tracée, contrôler et modifier ses pensées, en suivant la trace de leurs effets sur lui-même, sur les autres et sur sa vie ; il peut faire les rapports de cause à effet par un entraînement patient et des recherches et en utilisant chacune de ses expériences, même les moins importantes, chacun des faits de la vie quotidienne, pour acquérir cette connaissance profonde, qui est la compréhension, la sagesse et la puissance. C'est dans ce sens, et dans aucun autre, que se trouve la loi absolue à savoir que « Celui qui cherche trouve ; à celui qui frappera à la porte, on ouvrira » ; car ce n'est que par la patience, l'expérience et l'importunité incessante que l'homme peut passer la porte du Temple de la Connaissance.


source : L'homme est le reflet de ses pensées, par James Allen
 

 
Page 1     Une pensée juste   7 différents auteurs

Page 2     Omraam Mikhaël Aïvanhov   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 3     
La guérison personnelle   H. Spencer Lewis

Page 4     
Le pouvoir de la pensée   7 différents auteurs

Page 5     
Marcelle Auclair   Marcelle Auclair

Page 6     
Eileen Caddy   Eileen Caddy

Page 7     
Confusius   Confusius

Page 8     
Une bonne pensée   anonymes

Page 9     
L'homme peut penser   Bernard Cantin et Bernard-Paul Lacroix

Page 10   
Diriger nos pensées   Heidi Fittkau-Garthe

Page 11   
Tu sépareras le subtil de l'épais   Omraam Mikhaël Aïvanhov

Page 12   
La sagesse consiste à éviter toute pensée affaiblissante   Dr Wayne W. Dyer

 

 


 

 
 19 

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement